Edouard Berth et les enfants terribles du syndicalisme

Article paru dans le n°148 de la revue Eléments (juillet-septembre 2013)

 

A une époque où le syndicalisme semble se résumer à un “dialogue bilatéral entre partenaires sociaux” et où on fait presque systématiquement rimer socialisme et progressisme, la lecture d’Edouard Berth ou le socialisme héroïque, le dernier opus d’Alain de Benoist, s’avère salutaire. Fidèle à son goût pour les aventures politiques transversales et les idéologues maudits, l’auteur nous plonge dans l’itinéraire et l’œuvre d’un libre penseur ancré dans l’héritage intellectuel de Proudhon, habité toute sa vie par l’idée d’une révolution prolétarienne, et de ses rapports contrastés avec certains de ses contemporains : Georges Sorel, Charles Maurras, Georges Valois, Lénine, Mussolini…

Berth

°

Cliquez sur l’image pour lire l’article !

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Socialisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s