Vodka, zapoi et zamizdats

Article paru dans le n°2 de la revue Salut Public

 

Chaque littérature nationale comporte sa part de soulographie, sa part de poètes et de romanciers utilisant drogues et alcools à la fois comme moteur et comme sujet de leur écriture. Dans ce registre, ce que Baudelaire ou Gautier sont au haschich dans la littérature française, Venedikt Erofeïev l’est à la vodka dans la littérature russe. Né en 1938 et mort en 1990, Erofeïev est un intellectuel brillant, né dans une famille proche du pouvoir (son père est diplomate à l’ambassade soviétique de Paris), mais l’avenir confortable qui s’offre à lui se heurte à son goût immodéré pour la vodka et la subversion. Renvoyé de l’université pour absentéisme, mis au ban de l’Union des écrivains pour « pornocratie », il devient un auteur en marge de l’intelligentsia officielle, comparé par certains critiques occidentaux à une sorte de Jack Kerouac soviétique.

°

Cliquez sur l’image pour lire l’article !

°

Poster un commentaire

Classé dans Choses de l'Est, Romans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s