Nouvel ouvrage de Charles Robin, préfacé par David L’Epée

Michéa une synthèse philosophique

« La phase historique du capitalisme dans laquelle nous sommes entrés, aussi désolante soit-elle, constitue peut-être le moment idéal pour chercher à comprendre ce qui nous arrive, comment cela est advenu et comment il sera peut-être possible, demain, de passer à autre chose. Chercher à comprendre, c’est prendre du recul et s’extraire de cette totalité pour pouvoir la considérer dans son ensemble, à bonne distance – la distance critique. Ce livre, introduction claire et bien documentée à la pensée de Michéa, devrait vous permettre de constituer en ce sens un arsenal redoutable. »

 

Commander le livre ici

 

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Socialisme

Conférence de David L’Epée : théorie du genre et choc des civilisations

Article paru dans La Nation le 7 février 2014 :

La Nation 07.02.2014

Poster un commentaire

Classé dans Conférences, Féminisme, Revue de presse

La démocratie suisse n’est pas un virus mais un antidote !

Chronique parue sur Les Observateurs.ch le 15 février 2014

image Salut Public 04

Lorsqu’on lui montre la lune, l’imbécile regarde le doigt, dit l’adage populaire. Je dois faire partie de la catégorie des imbéciles parce que quand on me montre le problème migratoire tel qu’il a été mis en lumière par le scrutin du 9 février dernier, j’ai tendance à regarder la démocratie directe qui a permis de le désigner. Cette dernière, pourtant, ne semble pas peser bien lourd dans les considérations dont la presse nous abreuve depuis quelques jours, considérations marquées très majoritairement par le dépit, à l’image d’un milieu – les médias, l’intelligentsia, la classe politique – massivement opposé à cette initiative. « L’aveuglement anti-européen qui domine le pays l’a emporté » nous explique le socialiste Roger Nordmann, tandis que Pascal Couchepin, depuis l’autre face de la même pièce libérale, assombrit le tableau et parle d’ « économie de guerre ». Cette fracture entre électorat et “experts” est une constante dans l’histoire politique suisse de ces dernières années, mais elle prend aujourd’hui une autre dimension du fait, comme l’écrivait Le Temps du 10 février, que cette fois « le tremblement de terre est continental ». Les médias de notre pays ne sont plus les seuls à stigmatiser l’électeur suisse, ils sont rejoints dans ce travail de réprimande morale par de nombreux médias européens, à commencer par Libération qui titrait sa une d’il y a quelques jours « Le virus suisse ». A la condamnation des grands fait écho le soutien des petits : les peuples membres de l’UE sont nombreux ces jours-ci à envier la souveraineté populaire helvétique et à se demander ce qu’ils auraient fait à notre place si on leur avait donné la parole, ce que leurs gouvernants s’abstiennent bien de faire, et pour cause ! En France, deux sondages, effectués respectivement par Le Point et par Le Figaro, révèlent que les Français auraient été entre 88 et 92% à soutenir une initiative semblable à celle qui nous a été soumise.

M. Fabius se rend-il bien compte de cette fracture lorsqu’il appelle l’UE à pénaliser la Suisse ? Et M. Cohn-Bendit, qui, invité par l’émission Forum du 10 février, comparait la situation actuelle de notre pays à celle de 1933 ? Lors de cette même émission, la députée européenne Astrid Lulling se montrait encore plus explicite. Se réjouissant que son pays à elle ne soit pas perverti par l’infâme institution du référendum populaire, elle s’est écriée : « C’est à désespérer du droit de vote si les citoyens sont aussi bêtes ! »

Ces réactions à chaud ont le mérite de faire tomber quelques masques et de révéler que ce n’est pas uniquement la nouvelle politique migratoire de la Suisse qui est remise en cause par ce qu’il faut bien appeler les technocrates européens mais bien le principe même de la démocratie directe ! Un discours menaçant aux accents autocratiques qui se trouve soutenu et relayé par un certain nombre de nos politiciens, à la défaite amère, pour qui la souveraineté populaire n’a de valeur que lorsqu’elle valide leurs propositions. Le politologue Antoine Chollet l’explique bien dans son livre Défendre la démocratie directe (collection Le Savoir Suisse, 2011) : « Les élites suisses, dans leur grande majorité, nourrissent à l’égard de la démocratie des sentiments pour le moins mitigés et se font bien souvent les avocates de positions anti-démocratiques plus ou moins savamment camouflées. » Le camouflage a tendance ces derniers jours à s’effriter on découvre alors des figures franchement inquiétantes.

Alors que les “commissaires politiques” cités plus haut appellent ouvertement à des mesures de rétorsion de l’UE à notre encontre, quelques-uns parmi nos compatriotes semblent s’en réjouir. Lorsque des citoyens attendent d’un pouvoir étranger qu’il punisse leurs propres concitoyens, il n’est pas exagéré de parler de collaboration, au sens le plus méprisable que ce terme a pu prendre à travers l’histoire. Qu’importent qu’ils le fassent au nom d’une morale transcendante mais ô combien relative, la leur, qui leur donne l’assurance d’avoir raison contre tous ! Avoir raison contre la majorité est une prétention indéfendable dans un Etat démocratique puisque la démocratie est à elle-même sa propre mesure. Elle ne reconnaît pas les notions de tort ou de raison en soi, elle ne reconnaît que la légitimité d’une décision populaire, légitimité acquise par la majorité des votes.

Libération ne s’est pas trompé en parlant de virus suisse. L’épidémie risque, ces prochaines années, de surprendre et de bousculer de nombreux gouvernements parmi nos voisins européens. La maison Bruxelles se fragilise un peu plus chaque jour tandis que l’aspiration souverainiste, un peu partout, se fait jour et tente de s’exprimer, dans les urnes lorsque c’est possible, sinon dans la rue. Comme le disait Victor Hugo, il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue, et cette idée-là pourrait bien être celle de la démocratie directe. Nous nous apercevrons peut-être alors qu’il ne s’agissait pas d’un virus mais bien d’un antidote.

 

David L’Epée

 

Lire l’article sur le site des Observateurs.ch

Poster un commentaire

Classé dans Chroniques politiques, Suisse

"Caroline Chérie" réédité

Chronique parue dans le n°150 de la revue Eléments (janvier-mars 2014)

Caroline Chérie

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Romans

Combattre le jeunisme

Chronique parue dans le n°150 de la revue Eléments (janvier-mars 2014)

Debray

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Polémiques

Nouvelle Inquisition : les bûchers se rallument !

Article paru dans le n°62 de la revue Rébellion (janvier-février 2014)

Les mois qui ont précédé ont vu l’étau du terrorisme intellectuel se resserrer autour des auteurs et des ouvrages dissidents, et tout laisse à croire que nous entrons dans une période difficile pour la liberté d’expression et la pluralité des idées. Livres de Kontre-Kulture censurés par décision de justice, Naulleau vilipendé pour son dialogue avec Soral, Charles Robin stigmatisé par son éditeur pour ses “mauvaises fréquentations”, quenelles criminalisées à tour de bras (c’est le cas de le dire !), violentes campagnes de dénigrement du Canard Enchaîné et de Charlie Hebdo… Les chasseurs de sorcières n’en finissent pas de crier au loup ! Le problème, c’est que leur propagande a de moins en moins d’effet sur l’opinion et que nous sommes de plus en plus nombreux…

Fahrenheit 451

Le 13 décembre dernier restera dans l’histoire des lettres françaises comme un jour à marquer d’une pierre noire. C’est en effet la date à laquelle est entrée en vigueur quelque chose que l’on espérait ne plus revoir en démocratie, une mesure de censure à l’encontre de cinq ouvrages publiés par les éditions Kontre-Kulture. Cinq auteurs d’hier et d’aujourd’hui mis soudainement au pilori à l’instigation d’un lobby qu’il faut bien qualifier de liberticide : Léon Bloy, Edouard Drumont, Henry Ford, Douglas Reed, Paul-Eric Blanrue. La question qui m’intéresse ici n’est pas de savoir ce qu’il convient de penser de ces auteurs et de ces œuvres – je suis d’ailleurs horripilé par cette expression « il convient de penser », très à la mode en ces temps de pudibonderie intellectuelle mais qui sent trop le catéchisme à mon goût ! La question qui m’intéresse, disais-je, n’est pas celle des idées mais celle des principes, ce qui est plus fondamental. Les principes transcendent les idées comme la liberté d’opinion transcende les opinions et doit valoir pour toutes, indépendamment du jugement subjectif que chacun peut y porter. Saisir des livres ou les brûler – car cela revient, dans les effets, rigoureusement au même – c’est franchir la ligne rouge qui sépare le règne d’un relatif pluralisme du règne de l’arbitraire pur et dur. Mais nous y sommes déjà depuis un bon moment dans ce règne-là, me direz-vous ! Eh bien il est plus que jamais temps de renverser la vapeur et de reconquérir ce qui n’a pas été acquis durablement. Répétons-le en lettres capitales : UN  PAYS  CIVILISE  NE  BRULE  PAS  LES  LIVRES ! Ce principe n’est pas négociable, en aucun cas.

Ceux qui ont fait pression sur les tribunaux pour obtenir cette interdiction, exceptionnelle dans l’histoire littéraire française contemporaine, auraient été mieux inspirés d’ouvrir le débat et de considérer ces livres qui leur déplaisent comme une occasion d’affronter leurs contradicteurs, loyalement et selon les usages en vigueur dans le monde des penseurs ouverts au dialogue. Mais ce monde, ils n’en font plus partie depuis longtemps. Le journaliste Camille Desmoulins, alors que sa gazette, Le Vieux Cordelier, avait été saisie durant la Révolution française, s’était exclamé à l’adresse de ses censeurs : « Brûler n’est pas répondre ! » Deux siècles après, il n’aurait sans douté trouvé pour toute réponse que la menace adressée par Maître Thierry Lévy à Dieudonné : « Après l’injure il y a la loi, et après la loi il y a les coups. »[1] Ou alors celle du ministre Moscovici, faisant les gros yeux à Eric Naulleau (coupable de défendre les vertus du dialogue) et déclarant, sentencieux : « On ne dialogue pas impunément. »[2] Ou pire : il aurait été stigmatisé nommément par le ministre Valls en plein meeting ! Cela s’est vu… On ne dialogue pas impunément ! La franchise des puissants est parfois désarmante et toute dictature rêverait de graver cette règle dans le marbre de sa constitution !

-

Naulleau pris entre deux feux

Naulleau, justement, parlons-en. J’ai toujours eu de la sympathie pour ce type, passionné de littérature, lecteur exigeant, chroniqueur sans concession, pataud et bonnard comme un ours dans une chambre d’enfant mais capable de se faire grizzli une fois mis en présence d’un sous-romancier germano-pratin, représentant cet insipide mélange de « tout-à-l’égoût et de tout-à-l’égo »[3] auquel il est fondamentalement allergique. Bien sûr, le gaillard connaît les limites à ne pas franchir, il sait jusqu’où ne pas aller trop loin, mais après tout, un modéré qui sait durer et qui n’hésite pas à placer une pique de temps en temps là où il faut est-il vraiment moins efficace qu’un kamikaze qui ne tire qu’une fois ? « Quand tu deviens père, la défenestration cesse d’être une option »[4] se défend-il. Pourtant, cette fois, il a peut-être tiré un peu fort… En publiant Dialogues Désaccordés, échange de courriers avec Alain Soral sur divers sujets (l’affaire DSK, le scandale Cahuzac, la guerre en Syrie, le chavisme, le mouvement Cinq Etoiles, les Indignés et bien d’autres), il s’est peut-être mis en fâcheuse posture. Soral l’avait pourtant prévenu : « Tu as beaucoup à perdre à me suivre sur ce terrain-là ! »[5] Et il y est allé tout de même, le bougre !

Une partie de leur débat, qui reste (relativement) courtois mais où on sent l’agressivité monter crescendo, porte justement sur la question du risque lié à l’engagement. Naulleau évite de répondre à certaines questions ; Soral suspend lui aussi quelquefois sa réflexion en rappelant qu’une guillotine – la loi Gayssot – est tenue au dessus de leurs têtes en permanence comme une épée de Damoclès. Ceux qui leur reprochent cette prudence feraient bien de s’examiner eux-mêmes et de voir quels risques concrets eux ont pris ces dernières années ! « Chez moi, c’est la connaissance qui guide la morale, pas la pseudo-morale qui interdit la connaissance »[6] explique le président d’Egalité & Réconciliation. Des deux écrivains, c’est incontestablement lui qui mène l’existence la plus dangereuse – il en explique d’ailleurs lui-même la raison : il ne se contente pas de dénoncer des mécanismes à l’œuvre mais il met des noms dessus et identifie les individus qui les manœuvrent ou les incarnent – mais Naulleau n’en reste pas moins à mes yeux un homme respectable et une personne de goût, ce qui ne gâche rien. Les journaleux qui le vouent aux gémonies parce qu’il a osé débattre librement avec un outsider sont bien évidemment de tristes sbires (je pense notamment à un papier dégueulasse de Christophe Nobili dans Le Canard Enchaîné du 23 octobre dernier ou à un autre de Christophe Conte dans les Inrocks du 18 novembre[7]), mais les puristes “dissidents” qui commentent l’actualité bien au chaud derrière leur écran et qui reprochent au critique littéralo-footballistique de faire dans la demi-mesure sont parfois tout aussi désolants. Un Naulleau qui dérape (déraper, encore un mot de la novlangue !), c’est un Naulleau qu’on ne verra plus dans les médias. Or, il nous faudrait non pas moins de Naulleau à la télévision mais davantage ! Qu’est-ce que vous préféreriez ? Qu’il laisse sa place à une Sophia Aram ou à un Aymeric Caron ? Ah, non merci !

-

Les Veilleurs et les Antigones dans le collimateur du Cafard

Puisque je viens de faire référence au Canard Enchaîné, arrêtons-nous-y quelques instants, le temps d’ouvrir le numéro spécial qu’il a consacré en octobre à ce qu’il appelle “les nouveaux réacs”. Sous cette étiquette improbable, on trouve rangés côte à côte, ici un militant révolutionnaire, ici un catho intégriste, ici un politicard sarkozyste, ici un rappeur musulman, ici un écolo radical… Le panorama est large, « de Frigide Bardot (sic !) à François Fillon, de Dieudonné à Batskin » nous prévient Erik Emptaz dès l’édito (p.5). Ca fait tout de même un peu foutraque comme collection de papillons ! Mais le célèbre gallinacé doit savoir ce qu’il fait en dressant ses listes noires puisqu’il s’appuie, au fil des pages, sur des autorités intellectuelles aussi incontestables que Clémentine Autain (féministe obsessionnelle de la gauche bourgeoise), Eric Fassin (“américanologue” et défenseur de la théorie du genre)[8] ou Vincent Cespedes (“philosophe” habitué des plateaux télé et tenant lui aussi de l’indifférenciation des sexes). Ah, avec des experts de ce calibre, les lecteurs du Cafard sont entre de bonnes mains ! Après s’être alarmé du « rajeunissement du mouvement [de la manif pour tous] et [de] sa déringardisation » (p.5), ledit Cafard s’inquiète de trouver des gens qu’il n’aimerait pas voir dans ces manifs : des socialistes (la Gauche pour le Mariage Républicain), des musulmans (les Fils de France) et même… des homosexuels (l’association Plus Gay Sans Mariage) ! Si les gens se mettent à se mélanger et à sortir de leurs cases pour aller s’encanailler dans celles des autres, ça ne va plus être possible !

Au tour des Veilleurs ensuite de subir les coin-coin du gallinacé. Celui-ci ricane en nous traçant le portrait de ces jeunes gens « avec leurs petites bougies et leurs sages lectures – Péguy, Dostoïewski » (p.16) Sages lectures ? Disons que c’est autre chose que la prose de Fassin comme livre de chevet… Mais on comprend assez vite qu’au comité de rédaction du Cafard on n’aime pas trop les jeunes qui lisent et qui se cultivent, qu’on préférerait qu’ils se contentent des œuvres complètes de Cabu, c’est moins tendancieux et moins préjudiciable à l’ordre social. Raison pour laquelle plusieurs pages sont consacrées à pointer du doigt ces infâmes nationaux-républicains qui critiquent l’école contemporaine et voudraient la réformer pour faire monter le niveau et viser l’excellence ! Il ne manquerait plus qu’on leur apprenne à écrire, tiens, tant qu’on y est ! Que des auteurs aussi brillants et aussi indépendants d’esprit que Péguy ou Dostoïewski se fassent traiter de “sages” (c’est-à-dire de gentillets) par les porte-voix du conformisme le plus chloroformé, voilà bien ce qu’on peut appeler un cas d’inversion pathologique !

L’inversion, on l’a vu, le Cafard est plutôt pour, surtout sous sa forme légalisée du mariage, de même qu’il est pour le néo-féminisme de ces Ukrainiennes dépoitraillées qui se font appeler Femen. En toute logique, il est donc vivement opposé à ceux – et surtout à celles – qui s’opposent à ces aboyeuses téléguidées. Un papier sur les Antigones donc, « ces jeunes filles au teint diaphane » qui, rappelons-le quelques lignes plus loin, ont « le teint clair » (p.20). Etrange, cette insistance sur la peau blanche, non ? La leucodermie serait-elle devenue une tare rédhibitoire ? Les Femen ont bien le droit d’être blondes, elles… Daffy Duck appelle à sa rescousse Mme Aude Thuin, présidente du Women’s Forum, qui n’aime pas qu’on marche sur ses plates-bandes privatisées et qui nous dit tout net ce qu’elle pense des Antigones : « Ces minettes font joujou avec un sujet profond. C’est grave car elles portent des valeurs perverses qui font du tort à celles qui travaillent vraiment pour l’émancipation. » (p.20) La défense de la mixité sexuelle, de la famille et de l’écologie, des valeurs perverses ? Je n’ai pas eu l’impression de me retrouver face une succube cet été lorsque j’ai rencontré Iseul Turan, la très avenante pasionaria des Antigones[9], mais bien au contraire face à une jeune femme sérieuse et déterminée à ne pas laisser n’importe quelle allumée castratrice parler au nom de toute une moitié de l’humanité. Il faut croire que la vieille rombière du féminisme institutionnalisé qu’est allé repêcher le drôle d’oiseau n’a aucune envie que des jeunettes – des “minettes” comme elle dit – ne viennent se mêler des affaires de condition féminine, affaires qu’il convient de laisser aux personnes responsables, c’est-à-dire aux militantes ménopausées et aux “réfugiées” de Kiev qui font l’honneur des timbres de la République.

-

De Ménard aux écolos : tous réacs !

La galerie de portraits continue. Lorant Deutsch ? Un historien « mal inspiré » (p.93) par sa passion pour Céline ; d’ailleurs on pense pis que pendre de ses recherches, « d’où s’exhale un délicat parfum, mélange de Vichy et de Versailles » (p.92). Dieudonné ? « L’homme remplit les salles sans faillir. On ne rit plus. » (p.55) Ah si, justement, on rit beaucoup et on est d’ailleurs de plus en plus nombreux à rigoler ! Soral ? Il évolue « au sein de la mouvance rouge-brun prônant l’alliance objective de tous les extrêmes et de tous les souverainistes » (p.58) et a commis ce fameux « “Comprendre l’Empire”, gloubi-boulga à prétention géopolitique » (p.55). Elisabeth Lévy ? Une « virago » (p.82) – attention, on frôle la misogynie ! – « ni facho ni vraiment de droite » (p.83) mais très suspecte tout de même car « Charles Maurras parlait déjà du “pays réel” » (p.83) et l’effrontée emploie aussi cette expression ! Le Groupement de Recherche et d’Etudes pour la Civilisation Européenne (GRECE) ? un « think tank de droite tendance extrême » (p.79). Le soutien de Jean-Pierre Chevènement à Eric Zemmour lors de son procès ? « Solidarité de souverainistes » (p.84) – ce qui est censé faire office de réquisitoire, inutile d’en dire davantage. Le rap ? « Un discours fleurant bon le pétainisme » (p.94) et qui ne fait rien qu’à critiquer les homos et les bourgeois. D’ailleurs, note finement le Cafard, « entre le rap et Civitas, il n’y a parfois qu’un riff » (p.95). Un riff ou un RIF[10] ? Ca sent le lapsus. Quoiqu’il en soit, la volaille enchaînée aurait mieux fait de s’informer un peu sur le sujet, par exemple en lisant mon papier à ce propos dans le n°61 de Rébellion, ça lui aurait évité de cancaner autant d’inepties[11]. Robert Ménard ? Un « toutou en laisse » (p.80) et un « crypto-mariniste » (p.86) dont le goût pour la liberté d’expression est franchement problématique : « Dommage que cette légitime volonté de promouvoir le débat ne s’exprime pas à l’égard des défenseurs du mariage pour tous et des Femen. Sûrement un manque d’occasions. » (p.81) C’est vrai que les défenseurs du mariage pour tous et les Femen, personne ne leur donne la parole dans les médias et les pauvres sont tellement muselés qu’ils ne trouvent aucune tribune nulle part… Hum.

Mais l’article le plus farfelu, le plus totalement déconnecté de toute analyse un tant soit peu consistante, est celui que le cancaneur libéré consacre à l’écologie. Pour faire bref, la décroissance, l’antiproductivisme, et même le slow tech, c’est potentiellement réac, donc à éviter. « Va-t-on finir par indexer la décroissance sur la croissance des fachos ? » (p.79) se demande le palmipède, atterré par « l’embarrassante concupiscence de l’extrême droite » (p.79) à l’égard de ces nouvelles idées à la mode. C’est bien sûr Alain de Benoist qui est dans le viseur, ce « maître dans l’art de brouiller les pistes » (p.79), auteur d’un livre qui a marqué les esprits, Demain la Décroissance ? (E-dite, 2007). Commentant avec ce qui semble être un ersatz d’ironie le sous-titre de l’ouvrage en question – Penser l’écologie jusqu’au bout – le folliculaire ajoute, roublard : « Au bout de l’échiquier politique, surtout ! » (p.79) Mouais. Le plus drôle, c’est qu’il a voulu savoir ce qu’en pensait Serge Latouche, l’auteur le plus écouté en matière de décroissance (à gauche y compris), et que celui-ci a répondu simplement : « Dois-je interdire à Alain de Benoist de se revendiquer de la décroissance sous prétexte qu’il est classé à droite ? » (p.79) On ne saurait mieux dire. Mais notre inquisiteur plumé ne se satisfait pas de cette réponse et bougonne : « De la part d’un pilier de la pensée décroissante en France, voilà qui n’aide pas à la clarté. » (p.79) Eternelle obsession de mettre les gens dans des cases…

Bref, la France va mal telle que vue par les yeux du Cafard, et le problème de la “réaction” (ou de tout ce qu’on voudra bien mettre sous cette étiquette), c’est que malgré les censures, les diabolisations et les mises à l’index, elle marche du tonnerre ! Il serait temps de penser à saisir le Ministère de la Défense « où l’on s’inquiète de cette “parole libérée qui n’annonce jamais rien de bon” » (p.34) Ben tiens… Sans parler du succès bien connu des spectacles de Dieudonné et de l’épidémie de quenelles qui frappe une grande partie de la francophonie, le gallinacé remarque (et déplore) que « la littérature réac a le vent (mauvais) en poupe. » (p.91) Encore un coup des mânes de Péguy et Dostoïevski ? « Face à ce mouvement de fond réactionnaire, les éditeurs sont tiraillés. D’un côté il y a les chiffres de vente. De l’autre les idées et discours que, dans leur grande majorité, ils apprécient peu. » (p.91) On est bien d’accord : se préoccuper des attentes du public, pour un éditeur, ne peut que révéler chez lui de bas instincts motivés par le lucre et des visées sournoisement commerciales, et chacun sait qu’un éditeur intègre, dégagé des contingences matérielles et délivré de la tyrannie de l’opinion, se fait fort d’éditer des auteurs que personne ne lit, surtout pas le commun des mortels ! J’en parlais justement il y a quelques semaines avec un de ces démagogues sans scrupule, un des collaborateurs des éditions Kontre-Kulture, qui me racontait, avec un sourire décomplexé (mais ces gens ont-ils une âme ?), qu’entre le moment où la justice avait prononcé la censure des cinq ouvrages évoqués plus haut et celui où le verdict définitif devait tomber (l’éditeur ayant fait appel), la maison recevait jusqu’à 650 commandes de livres par jour ! Merde, quand même ! (comme dirait un ministre “socialiste”).

-

Les phobes sont lâchés

Une qui se fait souvent asticoter par les chasseurs d’hérétiques et qui y trouve un certain plaisir (ce que je peux comprendre), c’est Elisabeth Lévy[12], la “virago” citée plus haut, accessoirement rédactrice-en-chef de la revue Causeur dans laquelle on trouve pas mal de plumes intéressantes et plutôt détonnantes par rapport à ce qui se fait ailleurs (pas autant qu’ici bien sûr mais c’est déjà pas mal). Dans un livre paru l’an passé, La Gauche contre le Réel, elle revient sur quelques campagnes de diabolisation dont elle et plusieurs autres (notamment Eric Zemmour et Ivan Rioufol) ont été victimes et prend le parti de s’en amuser. Jouant avec les formules flamboyantes trouvées en son temps par Philippe Muray – “délit de réel”, “le peuple ne passera pas”, “les phobes sont lâchés”, etc. – elle s’exclame : « A choisir, je préfère être embastillée avec les accusés que reine de Paris avec les juges ! »[13] Car de la cabale médiatique on peut passer, de plus en plus souvent hélas, aux persécutions judiciaires. « Les pit-bulls sont soulagés. Désormais, toute réalité déplaisante pourra être écartée au nom des bonnes manières républicaines. Le Tribunal de la pensée pourra ou non, selon les cas, s’adjoindre les services du tribunal tout court. »[14] Il s’agit donc de parer les coups et de se défendre contre les nouveaux inquisiteurs et « leur esprit de sérieux qui n’a d’égal que le peu de sérieux des productions de leur esprit. »[15]

Et puisqu’on parle d’Elisabeth Lévy, on peut dire un mot de son grand ami Alain Finkielkraut, un auteur qui est tout de même plus proche de la figure du notable que de celle du révolutionnaire. Et pourtant, aux yeux de certains “vigilants”, même le bon bourgeois Finkielkraut est trop canaille, même lui va trop loin, dépasse les bornes, dérape dangereusement ! Son dernier livre L’Identité Malheureuse (Stock, 2013) est plutôt mal passé auprès des bisounours aux dents longues (encore de grands esprits qui préfèrent la lecture de Fassin à celle de Péguy sans doute !) et suivant la méthode bien connue des chasseurs d’hérétiques, ils ont préféré pointer du doigt certaines de ses références intellectuelles plutôt que de débattre sur le fond. Dans Le Matin Dimanche (hebdomadaire romand), l’écrivain explique : « Je cite Renaud Camus à mes risques et périls. Aujourd’hui, se référer à lui est devenu très dangereux, et cela m’a valu d’ailleurs un article vengeur dans Le Monde. [...] Je refuse de me laisser intimider par le délire idéologique d’une certaine caste intellectuelle pour qui le simple fait de citer cet écrivain serait une étape qui mènerait nécessairement à Marine Le Pen et à Hitler. [...] Je lis donc Renaud Camus. Et je le lis avec profit. »[16] Les journaleux vont commencer à regretter les Veilleurs et leurs “sages lectures”…

-

Diabolisation à tous les étages !

Un jeune écrivain de talent, Charles Robin, qu’on a pu lire quelquefois dans Rébellion[17], a lui aussi subi récemment une cabale digne des grandes heures de la Kommandantur. Ayant contribué à un ouvrage collectif intitulé Radicalité : 20 Penseurs Vraiment Critiques (L’Echappée, 2013), ouvrage dans lequel il a rédigé un texte présentant la pensée et l’œuvre de l’excellent Jean-Claude Michéa, il a vu son éditeur se retourner contre lui suite à une “alerte” lancée par quelques sites parmi les plus dogmatiques et intolérants de l’extrême gauche estudiantine. S’en est suivi un “appel à la vigilance” (que ces expressions peuvent sentir le flic !) dans lequel l’éditeur, tout désolé d’avoir déplu aux arbitres du bon goût idéologique, effectue un mea culpa d’anthologie et écrit : « Notre erreur a été de ne pas suffisamment nous renseigner sur Charles Robin (nous ne l’avons même pas googlisé !), et la teneur de son texte ne pouvait en rien laisser présager de ses fréquentations politiques. »[18] Ainsi, ce n’était donc même pas son texte qui posait problème mais ses fréquentations ! On ne lui pardonne pas de vendre ses livres[19] sur le site de Kontre-Kulture ni d’avoir rencontré Alain de Benoist, d’avoir été interviewé dans Eléments[20] ou d’écrire dans Rébellion… Etrange époque où ceux qui se proclament intellectuels préfèrent dresser des listes noires que philosopher et lire ce qui s’écrit…

On ne saurait finir ce petit tour d’horizon de la nouvelle inquisition sans rendre l’hommage qui lui est dû au titre de presse français le plus résolument collabo, le plus “engagé” dans sa populophobie et dans son rapport schizophrénique au pouvoir, j’ai nommé bien entendu Charlie Hebdo[21]. La ligne de cet hebdomadaire a le mérite, depuis les années Philippe Val, d’une certaine cohérence : elle se positionne systématiquement et, pourrait-on dire, pavloviquement, contre tout ce qui vient du peuple et contre tout ce qui est potentiellement dissident. Des manifs pour tous au mouvement des bonnets rouges, toute velléité de contestation du système est passée à la moulinette de leur fiel pour en faire autant d’épouvantails propres à effrayer les bobos. Dans le numéro du 4 décembre dernier, l’éditorialiste Bernard Maris (qui n’est pourtant pas le pire de la bande, il lui arrive d’écrire des choses assez censées, notamment sur l’économie et sur la question du patriotisme populaire) crache allégrement sur les Bretons en lutte contre le gouvernement et écrit : « En Bretagne naît un social-régionalisme aigri qui commence à sentir la Ligue du Nord… »[22] On leur doit aussi, entre autres délicatesses, quelques jours après le suicide de Dominique Venner, l’image charmante de l’auteur du Siècle de 1914, rachitique et dénudé, empalé sur la pointe du toit de Notre-Dame-de-Paris… Les Antigones sont caricaturées chaque semaine dans une bande dessinée de Luz où on les présente comme des saintes nitouches catholiques courtisées par des skinheads monozygotes, et tout le reste est à l’avenant, pure expression d’un néo-conservatisme qui mêle culpabilité hargneuse d’anciens gauchistes, islamophobie progressiste (au nom des Lumières bien sûr), anticléricalisme anachronique, ultraféminisme vociférant, le tout enrobé dans un double discours bancal sur la liberté d’expression. Double discours qui les a amenés[23] à s’indigner de la réédition d’œuvres de Rebatet et à s’étrangler de rage en apprenant que des gens lisent encore Louis-Ferdinand Céline et Ernst Von Salomon et se permettent de bouder Sartre ![24]

Bien sûr, il se trouvera des godelureaux pour me dire : ainsi, vous défendez tout à la fois et sans distinction Eric Naulleau, les Antigones, les rappeurs, Alain Soral, Elisabeth Lévy et Charles Robin ? C’est un peu fort de café tout de même, quitte à faire dans le non-conformisme ayez au moins l’élégance de choisir votre chapelle ! Ah non merci, sans façon, les chapelles sont des lieux parfaits pour s’isoler mais l’atmosphère y est bien trop humide, et quant aux catacombes je me les garde pour la bonne bouche et pour les temps de clandestinité. Les idées sont de fort belles choses (il m’arrive même d’en avoir quelques unes) mais les principes sont primordiaux. La liberté d’expression n’est pas une idée, c’est un principe. Ceux qui luttent pour ce principe, ceux qui, de ce fait, ont à subir les malveillances des petits Torquemada de notre post-modernité, ceux-là sont forcément à mes yeux des gens qui valent la peine qu’on les lise. Lisez donc, chers amis, lisez jusqu’à plus soif, et songez que chaque livre en sûreté dans votre bibliothèque, ce sera toujours un de moins pour leurs autodafés !

Note de dernière minute : J’apprends, au moment d’envoyer mon article, deux événements qui, hélas, confirment ce que j’écrivais sur la tendance répressive et liberticide actuellement à l’œuvre : d’une part à Paris, la librairie Facta a été attaquée (vitres brisées et peinture rouge projetée à l’intérieur sur les livres) par des individus dont je ne sais rien mais que je serais tenté, au vu de leur attitude, de qualifier de fascistes ; par ailleurs, à Genève, deux pompiers s’étant photographiés en train d’effectuer une quenelle ont été mis à pied par leur hiérarchie suite aux délations et aux pressions d’un site communautaire. Comme quoi rien n’est jamais acquis : nos libertés sont plus chères que tout et doivent être défendues pied à pied.

 

David L’Epée

 


[1] Dans l’émission Ce Soir ou Jamais de Frédéric Taddei le 8 mars 2010

[2] Dans l’émission Salut les Terriens de Thierry Ardisson du 19 octobre 2013

[3] Eric Naulleau, Dialogues Désaccordés, Blanche/Hugo & Cie, 2013, p.17

[4] Ibid, p.225

[5] Alain Soral, Dialogues Désaccordés, Blanche/Hugo & Cie, 2013, p.135

[6] Ibid, p.158

[7] Un extrait de la prose du petit monsieur pour vous donner une idée du niveau de la critique, du degré d’intolérance et de la bile vaseuse qui prédomine chez ces gens-là : « C’est quoi, sinon, la prochaine étape ? Un tennis avec Richard Millet ? Un hammam avec Renaud Camus ? Une belote avec Dieudonné et Faurisson où tu pourrais inviter Zemmour pour faire le quatrième ? Va plutôt aux putes, crois-moi, tu choperas moins de maladies ! »

[8] Eric Fassin a ainsi préfacé la traduction française de Trouble dans le Genre : le Féminisme et la Subversion de l’Identité de la théoricienne américaine Judith Butler, texte fondateur des études genre (La Découverte, 2006) et il est l’auteur de quelques pépites comme celle-ci : « Il nous faut essayer de penser un monde où l’hétérosexualité ne serait pas normale – sinon, probablement, au sens statistique. » (Hommes, Femmes, quelle différence ?, dialogue avec la dominicaine Véronique Margron, Salvator, 2011, p.105)

[9] Les personnes intéressées peuvent se reporter au dernier numéro de Rébellion qui consacre un article aux Antigones ainsi qu’à l’entretien audio que m’a accordé Iseul Turan sur mon site http://www.davidlepee.com.

[10] RIF : rock identitaire français

[11] David L’Epée, Un vent de politiquement incorrect souffle sur le rap (Rébellion n°61, septembre-octobre 2013) et Rap et business : qui veut sa part du ghetto ? (Rébellion n°58, mars-avril 2013)

[12] Les lecteurs de Rébellion se souviennent peut-être qu’elle a été interviewée dans nos pages (Le premier pouvoir et les médias, n°30, mai-juin 2008)

[13] Elisabeth Lévy, La Gauche contre le Réel, Fayard, 2012, p.121

[14] Ibid, p.178

[15] Ibid, p.99

[16] Alain Finkielkraut, interviewé par Le Matin Dimanche, 27 octobre 2013

[17] Entre autres les articles suivants : Penser le libéralisme (n°56, novembre-décembre 2012), La triple transformation libérale (n°58, mars-avril 2013) et Non à la gauche, oui au socialisme ! (n°60, septembre-octobre 2013). On peut lire également un article à son propos, Charles Robin démonte l’idéologie libérale, dans le n°55 (juillet-août 2012).

[18] L’Echappée, Les éditions L’Echappée appellent à la vigilance, 16 novembre 2013

[19] Le Libéralisme comme Volonté et comme Représentation (The Book Edition, 2012) et Penser le Libéralisme (The Book Edition, 2013)

[20] L’impasse idéologique de l’extrême gauche (Eléments n°149, octobre-décembre 2013)

[21] que mon ami le metteur en scène Dominique Ziegler avait joliment renommé Yankee Hebdo dans le texte de Patria Grande, sa pièce corrosive sur Ingrid Betancourt.

[22] Charlie Hebdo, 4 décembre 2013

[23] dans les numéros du 28 novembre 2012 et du 20 février 2013

[24] « Reste à comprendre pourquoi la gauche intellectuelle va se vautrer dans le plaisir de ces lectures immondes. [...] La fascination du crade et du sanglant, évidemment, le goût de la vomissure que l’homme partage avec le chien, disait Bloy. [...] Sartre même n’a jamais ce côté crade et canaille. Et toute la critique unanime louera Morand, Rebatet ou Céline, et daubera ce pauvre auteur des Chemins de la Liberté. » (Bernard Maris, éditorial du 20 février 2013)

Poster un commentaire

Classé dans Polémiques

La revue Eléments fête ses quarante ans !

soirée Eléments

Procurez-vous ici (tant qu’il en reste en stock !) le numéro collector paru pour les 40 ans de la revue !

Abonnez-vous ici à Eléments

Un commentaire

Classé dans Revue de presse